Les instruments du réseau :

Le réseau de Biogéochimie Expérimentale, BGE, regroupe tous les instruments nécessaires à l’élaboration d’expérimentation de laboratoire telle qu’elle est pratiquée en Bio-géochimie de surface au sein de l’INSU, ainsi que les instruments analytiques associés. Le large éventail d’instruments permet l’élaboration d’expérimentations très variées comme l’étude des interactions fluides-roches/sols à l’équilibre ou en fonction du temps (Réacteurs cinétiques) en conditions contrôlées biotique ou abiotique (ex. chambres climatiques, chambres anaérobies, bioréacteurs, réseau de titreurs, enceinte de cultures, etc.), la caractérisation et l’étude des propriétés des solides et fluides inorganiques ou organiques, minéraux ou biologiques (ex. microcosmes, réacteurs à flux continu, réacteur à prélèvement, incubateurs), mais aussi les propriétés de transferts et de transport de différents solutés (traceurs, éléments, polluants organiques ou inorganiques, etc.) en milieux modèle ou environnemental en statique ou dynamique (ex. colonne asservies). Tous ces dispositifs permettent la mise au point d’expérimentations de la nanoparticule à la particule et cela de l’échelle du pore (ex. puce micro-fluidique) à celle du mésocosme, au laboratoire ou sur le terrain. 

Aux instruments expérimentaux s’associent un certain nombre d’outils analytiques ou de caractéri-sation indissociables de l’expérimentation, tels que des diffractomètres, spectromètres, polarographes, microscopes, granulomètres, etc. A cela s’ajoutent également les instruments nécessaires aux prépara-tions des échantillons et au déroulement sécuritaire des expérimentations tels que des centrifugeuses, des extracteurs, des autoclaves, des étuves, des fours, des hottes microbiologiques, des postes de sécurité, ou même des postes de soudure métaux précieux etc.

Nombre de ces instruments constituent eux-mêmes de véritables innovations technologiques avec par exemple la mise en place de colonnes de sol asservies, le couplage de réacteur et de sonde Raman.

La distribution sur le territoire et le personnel affecté :

Les données produites :

Les techniques et méthodes du Réseau BGE per-mettent l’acquisition de données expérimentales qui concernent la mise en évidence de mécanismes (bio)géochimiques et de caractérisation des solides de la particule à la nanoparticule. Les données ac-quises sont majoritairement des données de sorp-tion, de spéciation et de transport d’éléments chi-miques, de caractérisation et de propriétés thermo-dynamiques des solides, de réactivité de surface, de compositions moléculaires, de structure et de fonc-tionnalité des communautés microbiennes et d’imagerie.

Organisation et spécificités :

La communauté de scientifiques du réseau BGE est hétérogène mais se concentre autour de la mise au point des systèmes et d’innovations expérimen-tales permettant de mieux décrire, déconvoluer, comprendre, quantifier et prédire les processus environnementaux et superficiels. Le réseau de BGE a pour objectif : (1) d’offrir une meilleure visibilité nationale et internationale à l’expérimentation telle qu’elle est pratiquée au sein de l’INSU mais aussi, (2) de structurer la communauté scientifique impliquée dans un réseau ad hoc efficace et opérationnel afin d’améliorer et d’optimiser la communication, la mise en synergie et l’échange d’expertises scientifiques et de savoir-faire complémentaires au sein de la communauté sensu stricto et vers d’autres communautés nationales et internationales.

Les outils expérimentaux répertoriés, à ce jour, ont un coût unitaire variant de 1.3 k€ à 450 k€ pour un coût moyen de 53 k€. Un peu moins de 60 % de ces instruments sont inscrits dans une plateforme ou un atelier labélisé bénéficiant d’une tarification. Tous les autres instruments sont des outils de développement ouverts aux utilisateurs via la mise en place de collaborations scientifiques ou de prestations via une tarification. Pour environ 85 % d’entre eux sont réalisés des accueils et des formations d’étudiants et de chercheurs.